Une cuillère "autostabilisatrice" pour parkinsoniens

Bien entendu, lorsque qu'un géant du style de Google, rachète une entreprise qui excelle dans la conception de systèmes "médico-électroniques" (la société Lift Labs), on ne peut s'empêcher de penser que c'est pour faire du profit.

Il est toutefois aussi compréhensible, que l'on veuille générer des bénéfices, c'est le but de toute entreprise.

Eh bien cette fois, l'histoire de la commercialisation du système que je vais vous présenter, prend un côté plus humain...

En effet, Sergey Brin, l'un des deux fondateurs de la compagnie Google, est tout particulièrement concerné, par l'invention qu'il vient de lancer sur le marché, à savoir une cuillère électronique appelée : "Liftware".

Cette cuillère électronique, devrait faciliter la vie quotidienne de millions de patients souffrant de la maladie de Parkinson.

Et il se trouve que la mère de Sergey Brin, souffre de cette pathologie, et que lui-même, à cause du jeu des mutations génétiques, pourrait un jour en souffrir à son tour.

Un bel espoir de revanche sur cette terrible maladie, pour laquelle Sergey s'investit depuis plusieurs années, j'en veux pour preuve le don de 50 millions de dollars, qu'il aurait fait pour la recherche liée à cette pathologie.


A présent, étudions la "Liftware"...


Il s'agit d'une cuillère possédant un manche élargi, dans lequel se trouve ce que l'on appelle la "plate-forme", contenant des capteurs de mouvement, un microcontrôleur, un micromoteur électrique et une batterie.


1 - Des algorithmes évaluent l'intensité du tremblement de la main.

2 - Instantanément, ils commandent un "contre-mouvement" qui atténue ce tremblement.

La société Lift Labs, conceptrice de l'ustensile (celle-là même rachetée par Google) affirme que 70 % des tremblements seraient ainsi atténués.


Des essais ont d'ores et déjà été réalisés, sur des patients victimes de la maladie de Parkinson, au moment de leurs prises de repas, il a été constaté l'efficacité incontestable du système, qui en plus d'éviter que les aliments ne tombent, permet aux patients de libérer leur attention, car les soulageant avantageusement de leur stress.

Ces essais ont d'ailleurs fait l'objet, d'une publication dans la revue Movement Discorders.


Lift Labs précise que la Liftware :


- A une autonomie équivalente entre 3 et 6 repas

- Est livrée d'origine avec un "embout-cuillère" mais peut recevoir en option, fourchette et cuillère à café.

- Que d'autres accessoires seront bientôt disponibles également.


Pour terminer, sachez que l'on peut faire l'acquisition de la Liftware par internet, que son prix est de 295 dollars (soit environ 236 euros) et qu'il faut compter avec un supplément de frais d'expédition, de 30 à 40 euros pour l'Europe.


Article part Dyonisos.

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Monjn (mardi, 02 décembre 2014 18:59)

    C'est un peu cher mais il est vrai que pour rentabiliser un outil il faut pouvoir le vendre à grande échelle. Reconnaissons que ce n'est pas gagné même si en faisant une bête règle de 3, sachant qu'il y a environ 150 000 parkinsoniens en France en admettant que la répartition soit identique dans le monde (7.2 milliards d'habitants) nous aurions potentiellement 16 615 384 "clients", cela pourrait représenter pas mal d'argent. Cela dit, pour soulager un malade beaucoup de familles feront certainement l'effort; c'est humain.
    C'est quand même une belle petite machine.

  • #2

    Betsy Lamontagne (mardi, 02 décembre 2014 19:07)

    C'est un truc génial!

  • #3

    Lise Mery (jeudi, 04 décembre 2014 02:35)

    Belle idée, ce n'est effectivement et malheureusement pas à la portée de toutes les bourses !
    assez Sinon dommage le titre : parkinsonniens avec 2 N ...