Taille des seins et santé psychologique !

Croyez Mesdames, que je regrette de ne pas faire partie de ces scientifiques, à l'origine de l'étude dont je vais vous parler ci-dessous, car, vous comprendrez très vite, que même bénévolement, j'aurais accepté d'intégrer leur équipe...

Que n'ai-je donc choisi la filière physique-chimie !

Plus sérieusement, des chercheurs de l'hôpital pour enfants de Boston aux Etats-Unis, ont démontré de façon formelle, les effets négatifs de la taille anormale des seins chez les femmes, sur leur santé mentale.

Ils ont donc "rassemblé" 59 femmes répondant le mieux à leur étude, entre 12 et 21 ans, qui toutes présentaient des anomalies mammaires, du moins dont les seins justifiaient un écart d'au moins un bonnet.

Ensuite ont-ils réuni un autre groupe de femmes, qui elles ne présentaient aucune asymétrie mammaire et dont certaines souffraient de macromastie (seins anormalement gros).

Les tests, portaient sur d'éventuelles différences de l'état psychologique des "cobayes".


Voici les résultats de l'étude menée par le chef de projet, le Docteur Brian Labow, parus dans le journal Plastic and Reconstructive Surgery.


- 1 Celles dont les seins n'avaient pas la même taille ou étaient très gros, étaient moins bien dans leur peau et interagissaient beaucoup moins sur le plan social.

- 2 Des conséquences négatives sur le comportement alimentaire ont aussi été observées chez nombre d'entre elles.

- 3 Sur les autres sujets "normaux", les tests psychologiques ont démontré, que même chez celles qui présentaient des troubles comportementaux, ils étaient moindres par rapport aux autres, souffrant de malformations, et de nature totalement différente.

Ce qui a emmené le Docteur Brian Labow à affirmer, je cite :

"Nos résultats suggèrent que les patientes souffrant d'asymétrie ont un bien-être émotionnel plus faible, et une moindre estime d'elles-mêmes"

On est tenté de rejoindre l'avis du Docteur Brian Labow, car il n'est en effet plus à démontrer, que pour une femme la moindre anomalie liée à sa poitrine, est difficile à vivre et souvent, un sujet de déprime.


Ainsi, le Docteur Brian Labow proposerait-il une intervention médicale précoce, chez les adolescentes présentant ces asymétries. Pas forcément chirurgicale, mais peut-être de type soutien psychologique, afin de minimiser au mieux, les conséquences dont il est fait mention plus haut, et survenant plus tard.


Article part Dyonisos.

Écrire commentaire

Commentaires : 0