Un produit phare de l'homéopathie, reconnu totalement inefficace !

L'article ci-dessous, n'a rien d'un scoop... Il n'a pas fait l'objet de ma part d'une minutieuse recherche sur le net, ou dans des revues scientifiques, comme je le fais en général pour chacun de mes écrits...

Juste avait-il à l'époque soulevé des interrogations, quant à l'efficacité d'un remède homéopathique, connu du grand public et utilisé par nombre d'adeptes, interrogations auxquelles aucune réponse ne fut apportée à ce jour.

Toutefois, les publicités continuant d'en vanter les mérites, je me permet de faire un simple copié collé, de l'article que j'avais posté, sur un site journalistique du web au mois d’août 2013 (pas de plagiat donc le texte est de mon crû!) et qui avait, j'en suis d'ailleurs très fier fait couler beaucoup d'encre dans les commentaires, mais étrangement n'avait pas généré d'avis contraires à ce que j'avais modestement avancé, bien au contraire pourrais-je d'ailleurs dire...  


Le voici dans son originalité première et dans son intégralité.

Devoir d'information oblige...


___________________________________


Article du 01.08.2013


Qui n'a pas utilisé dès les premiers symptômes grippaux de l'Oscillococcinum, ou n'a pas connu quelqu'un qui ne tarissait d'éloges sur ce produit phare des laboratoires Boiron ?

Eh bien au risque de décevoir les adeptes, des scientifiques auraient émis des doutes sur l'efficacité de ce produit, qui pourtant fait tant d'heureux.

Je ne suis pas expert en pharmacologie, mais ce qu'avancent les détracteurs de L'Oscillococcinum ne me semble pas dénué de sens.


Tout d'abord remontons en 1796, année où le médecin allemand Samuel Hahnemann inventa l'homéopathie. D'après lui, certaines substances étaient capables de soigner, selon ce qu'il avait baptisé "le principe de similitude".

Ainsi, un produit qui pour une personne saine provoquerait par exemple des maux de tête, les supprimerait chez une autre qui serait malade.

Il n'est plus à prouver aujourd'hui, qu'il avait parfaitement raison.

 

Le secret réside toutefois dans la dilution du remède. Ainsi, le principe actif pour atteindre le maximum d'efficacité, doit l'être dans de l'eau des centaines, des milliers de fois, pour qu'au final, il n'en reste pratiquement rien.

A titre d'exemple simple, une dilution moyenne de 12K correspondrait à 1cm3 de principe actif dans une quantité d'eau équivalente à celle de l'ensemble des océans de la planète.

 

Par contre, L'Oscillococcinum dilué quant à lui à 200K, ne peut mathématiquement plus contenir le moindre atome de principe actif dans ses granules.

 

Ensuite, vers le début du 20e siècle un laborantin nommé Joseph Roy découvrait dans des foies de canards, un microbe qu'il appela "l'oscillocoque" sensé selon lui agir sur les états grippaux...

Il n'en fallut pas plus, pour que les laboratoires Boiron s'emparent de cette trouvaille et entament la préparation de l'Oscillococcinum.

 

Où donc est le problème me direz-vous ?

 

Eh bien, il réside dans le fait, qu'il est à présent avéré que "l'oscillocoque" n'existe pas ! Joseph Roy, sous son microscope aurait confondu des bulles d'air avec un hypothétique microbe.

En toute logique le principe actif de l'Oscillococcinum serait donc le foie de canard de barbarie.

Autant dire rien, car soyons sérieux, le foie de canard de barbarie, ne peut en aucun cas, générer d'états grippaux chez les personnes en bonne santé.

 

Ainsi, le principe essentiel à toute médication homéopathique n'est-il pas respecté.

 

Ce qui est scandaleux selon les autorités médicales, c'est que les laboratoires Boiron en parfaite connaissance de la supercherie, ont certes aussitôt enlevé la mention "oscillocoque" sur les boîtes, mais n'ont jamais cessé la commercialisation du produit. Les responsables des laboratoires Boiron, savent donc pertinemment, que la seule chose que peut produire l'Oscillococcinum : c'est un effet placebo !

 

La vérité, c'est qu'il est difficile de renoncer aux 25 euros que rapporte une boîte de 30 dosettes, prix d'ailleurs considéré dans le bulletin officiel de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes, comme 50% plus cher que la plupart des autres médicaments anti-grippaux, reconnus eux efficaces.

Cher tout de même vous en conviendrez, pour un produit dont on sait désormais qu'il ne sert à rien.

 

Je suis vraiment désolé de ce pavé jeté dans la mare, des inconditionnels de ce que l'on pensait être le joyau de l'homéopathie, mais je me devais de leur faire part de cette information.

 

En ce qui me concerne, dès l'hiver prochain je vais en revenir aux bonnes vieilles méthodes de nos grands-mères, à savoir la tisane thym-miel-citron, le bonnet de laine sur la tête et la couverture sur les pieds !

 

Article part Dyonisos.

 

(Sources Santé et Nutrition)


Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    Monjn (lundi, 15 décembre 2014 18:00)

    Comme bien d'autres, c'est un médicament que j'ai eu pris. Son efficacité ? J'ai pu la mesurer: bof !!! Peut-être que...Sûr de rien en tout cas et compte tenu du principe d'Hahnemann non respecté je me range à l'avis des scientifiques, ce médicament est "nullissime".
    Il serait d'une grande logique que le laboratoire en question soit jugé et condamné à reversé à la sécurité sociale ce qu'il lui a coûté et une amande sévère (quelques millions) pour un effet dissuasif .

  • #2

    El-Indio Mawashigeri (lundi, 15 décembre 2014 18:35)

    J'avais depuis bien longtemps considéré que la plupart des granulés homéopathiques ne contenaient que du sucre... Je me souviens encore de la différence entre une cochonnerie homéopathique censée contenir de l'ispaghul entre autres, et de vraies plantes que j'ai pu me procurer chez l'herboriste (dont la boutique est aujourd'hui fermée...) : la première solution ne m'a pas remis sur pieds, par contre une préparation à partir des plantes m'a guéri à une de ces vitesses !

    Mais contre les états grippaux, rien ne vaut la chose suivante : s'en choper une légère (la première vague de grippe hivernale est généralement légère) pour que le corps produise de quoi se défendre, tout en l'aidant à s'en débarrasser à coups d'infusions de thym/miel/jus de citron, et aussi du fameux grog de nos aïeux, conjugué aux 12000 pulls et couvertures qu'on met pour aller dormir et transpirer (ne pas oublier de boire !)... Comme ça quand la grosse épidémie arrive, le corps est paré et élimine vite fait toute intrusion !

  • #3

    Dominique Lin (mercredi, 17 décembre 2014 16:20)

    Cela fait 3 ans que je fais une cure d'iscillo en début d'hiver, résultat : pas une grippe ou le moindre rhume…
    Quant à l'argument fort, il commence par : des scientifiques auraient émis des doutes !
    • des : article indéfini
    • scientifiques : lesquels?
    • auraient émis : conditionnel
    • des doutes… donc RIEN est sûr !
    Côté bénéfices scandaleux des labos… malheureusement, tous mangent à la même gamelle, à notre santé !

  • #4

    Dyonisos (mercredi, 17 décembre 2014 16:44)

    L'effet placebo fonctionne... J'en veux pour preuve une petite blague d'adolescent que j'avais faite à ma mère... Je lui ai servi un verre de Perrier en lui faisant croire que c'était un médicament effervescent...
    5 minutes plus tard, ma mère me remerciait ! Mal de tête disparu !

    Ce qui m'a le plus interpellé dans le cas de l'Oscillococcinum, c'est sa dilution à 200K, qui aux vues de ce qui doit se faire en matière de dilution homéopathique, ne peut assurer aucun principe actif au produit fini.
    Mais peut-être et-ce là aussi, la déformation professionnelle d'un prof de physique-chimie qui dans ses expériences, réalisées avec ses élèves, ne s'autorisait aucun écart en matière de dosage.

    Mais bon, l'effet placebo étant très proche de l'auto-suggestion, certaines choses relèvent encore chez l'être humain du mystère le plus total...

    Merci en tout cas pour vos commentaires.