Le gène du "génie de l'intelligence" fascine à nouveau les scientifiques...

De tout temps à jamais, l'homme a été fasciné par l'intelligence que pouvaient développer certains de leurs congénères, et a toujours, avec les moyens disponibles à son époque, tenté d'en percer les mystères.

Bien des théories ont été avancées sur le sujet, mais n'ont jamais réellement abouti à quelque chose de concret, scientifiquement parlant.

La fascination reste toutefois inchangée, preuve en est dans l'article qui va suivre...

- En 1869 déjà, un célèbre anthropologue britannique, Sir Francis Galton avait été le premier à affirmer dans son ouvrage "Hereditary Genius", que le génie était héréditaire et il démontrait le caractère familial des capacités intellectuelles.

- Puis en 1920, un psychologue américain, Lewis Terman s'intéressa lui aussi à l'hérédité d'enfants surdoués, dans "Genetic Studies of Genius".

- En 2000 par contre, les nouvelles technologies permirent de franchir une étape, avec ce que l'on appelle le "séquençage du génome humain"... Le fantasme des gènes du génie, refaisait surface dans le cerveau des scientifiques.

Pourtant, 15 ans plus tard le mystère demeure entier, y compris pour les chercheurs du "Beijing Genomics Institute" (BGI), l'un des plus grands centres de séquençage de l'ADN au monde situé en Chine.

Le BGI est réputé pour ses recherches des gènes de l'intelligence, (s'il est avéré que ceux-ci existent !)

Par contre, les travaux sur le sujet du BGI, dérangent quelque peu la communauté scientifique mondiale, car ils ont été favorisés, par ce que l'on pourrait qualifier de "faiblesse du cadre législatif et bioéthique" en Chine.

Que dire des propos tenus par Wang Jian, le "patron" du BGI, qui affirme qu'au terme de ses recherches, qui ne manqueront pas selon lui, d'aboutir rapidement sur un test génétique fiable, il pourra proposer aux couples ayant recours à la fécondation "in vitro", une banque d'embryons parmi les plus intelligents !

Il aurait déclaré, je cite : "sur le long terme, le niveau de QI de la population générale chinoise, s'en trouvera amélioré".


Pour ma part, cette perspective me fait trembler, car là, on parle exclusivement de manipulations génétiques, qui sortent à mon sens du cadre normal et éthique de la recherche.


Selon les dernières déclarations d'un autre responsable du BGI Laurent Tellier, les premiers résultats de recherches seront effectifs dès 2015. En tout cas, le BGI et ses scientifiques, se refusent désormais à tout dialogue avec ceux, qui se sont désormais fait leurs détracteurs.

Il faut également savoir, qu'aux États-Unis, le milliardaire Jonathan Rothbergun, a lancé le projet "Einstein" conduit par Max Tegmark, du Massachusetts Institute of Technology (MIT), qui vise, je cite : séquencer le génome de 400 mathématiciens et physiciens théoriques, parmi les plus brillants des États-Unis".


Curtis McMullen, mathématicien à l'Université Harvard, médaille Fields 1998, a déclaré, je cite : "si les projets trouvent des marqueurs pour le don des mathématiques, par exemple, cela pourrait servir de base à un choix d'embryons prédisposés lors de fécondations "in vitro", et à un avortement sélectif des autres, considérés comme inférieurs".

Curtis McMullen, a en outre décliné l'offre qui lui a été faite, d'intégrer les membres du projet "Einstein".


Pour terminer, les résultats d'une étude menée par deux collaborateurs du BGI, Robert Plomin, du King's College of London, et Steven Pinker, de Harvard, avaient été publiés, et il s'avérait qu'ils étaient fort décevants.

Voici les termes exacts de ces résultats, parus dans leur étude, je cite : "sur 24.189 génomes d'individus séquencés, trois mutations ont été corrélées à un gain de... 0,3 point de QI seulement !"

Ce qui reviendrait à dire, toujours selon ces deux chercheurs, qu'il faudrait observer plus d'un million de génomes pour aider à expliquer "un peu mieux" la base génétique de la capacité cognitive.


Article part Dyonisos.


(Sources Sciences et avenir et recherches diverses sur le net)

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    Betsy Lamontagne (samedi, 27 décembre 2014 17:17)

    Pourquoi il y a toujours de pauvres cons qui pensent détenir la recette de la race Arienne?

  • #2

    El-Indio Mawashigeri (dimanche, 28 décembre 2014 19:14)

    Le QI ne représente rien. J'ai passé le test, j'ai eu 149, et je ne suis pas pour autant un super-soldat aryen...
    Ce test c'est quoi ? Des questions de logique (compléter une suite de formes géométriques, choisir quel paquet de pièces de tan-gram peut former une figure donnée, et des questions du même goût), de la culture générale (sauf que tu peux être ultra intelligent et ne pas savoir que Marignan et 1515 sont liés)... Super ! Je suis quelqu'un de logique (quoique gaucher, donc favorisant l'intuition à la raison, va comprendre...) et j'ai eu des questions de culture générale auxquelles je pouvais répondre !

    Par contre, je suis très peu doué lorsqu'il s'agit de danser. C'est pourtant une intelligence de savoir danser, de réussir à garantir une motricité harmonieuse de son corps, ça relève de l'intelligence aussi, non ? Il faut visualiser ce que ça donne, se projeter à la troisième personne et imaginer le rendu de ses mouvements...

    L'intelligence, c'est tellement vaste, et aussi tellement subjectif quand on y réfléchit. Comme la beauté, c'est ce genre de concept qu'on ne peut définir de façon universelle. Regardez les personnes atteintes d'autisme. Certaines personnes les considèrent comme des gens bêtes, d'autres comme moi louent leurs performances spécifiques (lire un livre très très vite en retenant tout, savoir au coup d'oeil combien il y a de pièces dans un bocal donné, être un maître aux échecs...). On parle d'intelligence émotionnelle (Daniel Goleman entre autres), et ça va bien au-delà de toute prédisposition génétique : l'entourage, le vécu, sont déterminants entre-autres. Alors allez-y, étudiez l'ADN autant que vous le voudrez, messieurs les chercheurs de bénéfices pécuniaires, vous resterez à côté de la plaque !

  • #3

    Monjn (lundi, 29 décembre 2014 19:42)

    Ouf ! Nous voilà rassurés ...La sélection des embryons n'est pas pour demain.
    Perso je suis pour la diversité, ce sur quoi est bâtie le monde. Vouloir à tout prix séquencer les gènes des plus intelligents signifie bien faire des recherches pour reproduire les gènes des meilleurs d'entre nous. Ensuite il n'y aura plus que de brillants individus qui se regarderons en chien de faïence pour savoir qui fera le balayage du trottoir, qui changera le pneu de la voiture, qui ouvrira le poisson pour l'évider afin de le cuire et le manger, etc...C'est çà le monde qu'ils veulent offrir aux futurs petits enfants de nos petits enfants ?
    Bien content que ça ne marche pas.

  • #4

    roussette (lundi, 06 mars 2017 18:54)

    Par ailleurs si on peut prouver que nous pouvons activer le génie en nous, et trouvons la méthode, celà est plutôt intérressant