Et si une simple prise de sang, remplaçait prochainement les biopsies ?

Tout ce qui peut mener à un espoir supplémentaire de guérison, ou du moins de traitement chez un patient dont on vient de découvrir un cancer, est à prendre en compte.

De plus, quand la méthode pour le déceler peut se faire plus simple, moins douloureuse, et donc moins traumatisante, il ne faut plus hésiter à engager des travaux en laboratoire, afin de faire profiter un maximum de personnes des bienfaits de cette méthode.

L'Institut Curie, n'est pas loin de pouvoir présenter une innovation médicale, qui pourrait prochainement, remplacer avantageusement les biopsies.

Avant toute chose, voici en quoi consiste une biopsie :


Une biopsie est un prélèvement d'un échantillon de tissus de l'organisme effectué afin de procéder à un examen, microscopique le plus souvent, ou, parfois, biochimique, immunologique, génétique ou bactériologique.

Selon les cas, cet examen est les plus souvent effectué sous anesthésie locale ou générale. Il existe différents types de biopsies.

- Celle dite transcutanée est généralement réalisée à l'aide d'un trocart. Il s'agit d'un instrument de chirurgie constitué d'une tige métallique en forme de cylindre fin, coulissant à l'intérieur d'une canule.

- La biopsie peut aussi être réalisée à l'aide d'un endoscope, en passant par les voies naturelles : tube digestif, bronche, vessie...


Des chercheurs de l'Institut Curie, après des résultats préliminaires prometteurs, rendus publics le 20 janvier dernier, et ce suite à un essai clinique, auraient déclaré, qu'une banale prise de sang pourrait, à terme, remplacer une biopsie classique, et surtout s'avérer tout aussi efficace, dans le dépistage d'anomalies cellulaires, liées au cancer.

L'étude réalisée, sur 34 patients atteints par 18 types de cancers différents a permis de démontrer, je cite : "la fiabilité d'une technique peu invasive et moins douloureuse pour les patients à savoir : l'analyse de l'ADN tumoral circulant à partir d'une simple prise de sang"


Il faut savoir que jusqu'à aujourd'hui, toute recherche d'anomalies moléculaires s'effectue, à partir de prélèvements directs sur les tumeurs,

Chez 27 des patients testés, cette technique novatrice a permis de détecter, 28 mutations sur les 29 décelées par biopsie, et même, chose extraordinaire, une d'elles, supplémentaire, qui n'avait pas été détectée.

Concernant les 7 autres patients, le dépistage des anomalies, s'est avéré particulièrement fructueux grâce à la prise de sang, alors qu'elles n'avaient pas, pour des raisons techniques, pu être détectées par biopsie.


La nouveauté de la technique, c'est que l'on va "travailler" sur "l'ADN circulant", un précieux "objet biologique" selon les chercheurs de l'Institut Curie.

Il permet en effet d'apporter des informations sur la tumeur, non plus en repérant directement les cellules, mais en révélant leur présence par l'intermédiaire de l'ADN qu'elles libèrent, et de mettre ainsi à jour les mutations portées par ce dernier.


Sans entrer dans des explications complexes, il faut savoir que lorsque des cellules sont dégradées, un peu de leur "matériel génétique", se retrouve dans le système sanguin.

En procédant à une analyse de sang, on peut donc détecter de l'ADN tumoral, attestant de la présence de cellules tumorales dans l'organisme.

L'avantage premier de l'ADN tumoral, est qu'il permet de découvrir des cellules tumorales, même si elles sont en quantité infime.


Avec cette technique révolutionnaire, il deviendra certainement possible, dans un avenir proche, nous l'espérons, de procéder à ce que l'on appelle des "traitements ciblés".

Ceux-ci consistent à utiliser des médicaments, qui viendront attaquer les cellules cancéreuses spécifiquement, en d'autres termes, cibler les molécules se trouvant en quantités anormales, aux abords des cellules tumorales.

On peut même se prendre à rêver qu'un jour prochain, des traitements lourds tels que la chimiothérapie et la chirurgie, pourront dans un grand nombre de cas, être évités.


Le Pr Jean-Yves Pierga, chef du département d'oncologie médicale à l'Institut Curie, déclarait récemment, je cite : "cette étude est la première à montrer la faisabilité de la recherche de plusieurs anomalies moléculaires éligibles pour une thérapie ciblée dans l'ADN tumoral circulant par des techniques utilisées en routine chez des patients métastatiques"


Pour terminer, l'Institut Curie annonçait que les résultats de l'étude étant préliminaires et issus d'un essai clinique bien spécifique, la généralisation de cette technique pourtant prometteuse, n'est pas encore à l'ordre du jour.


Article part Dyonisos.


(sources : sciences et avenir)

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    SANCHEZ PAGES (mardi, 27 janvier 2015 16:15)

    Très intéressant de savoir que certains cancers pourront être détectés dès leur "apparition". Ces traitements ciblés permettront de soigner mieux, plus vite sans je le souhaite à des protocoles plus lourds...Merci pour cette information rassurante et encore bravo à ces chercheurs beaucoup idolâtrés (malheureusement) que certains sportifs. Mais là n'est pas le débat !!!!

  • #2

    Monjn (mardi, 27 janvier 2015 18:27)

    C'est juste formidable et je regrette qu'il ne soit pas possible de faire immédiatement la recherche par prise de sang. Parfois, la prudence fait rater le train.

  • #3

    louette (mardi, 27 janvier 2015 23:19)

    Une piqure fait moins mal qu’une biopsie..... ha, cette ADN... quelle merveilleuse decouverte ...
    Merci pour cette information!