Des scientifiques ont réussi à rendre un œuf dur liquide !

L'exploit fait rigoler, mais les applications sont bien concrètes. 

Des scientifiques de l'Université d'Irvine, en Californie, ont réussi à "décuire" un œuf dur.

En d’autres termes : ils ont inversé le processus de transformation des protéines, pour que le blanc redevienne liquide en peu de temps.

Ce procédé pourrait  faire baisser, les coûts de fabrication de certains médicaments.

Un peu de science...

 

-1 En cuisant le blanc d’œuf, la chaleur casse les liaisons les plus faibles de ces séquences d'acides aminés (dénaturation), et la protéine se déroule.

 

-2 Ensuite, de nouveaux liens plus rigides se créent (coagulation). L'eau qui entoure ces protéines est drainée et piégée dans une gaine: l’œuf est "dur".

 

Manœuvre chimique et mécanique :

 

Malheureusement, le processus ne peut pas s'inverser en agissant sur la température.

Les chercheurs ont donc utilisé une démarche combinant 2 techniques, chimique et mécanique.

Un dérivé de l'urée "mange" les liaisons et liquéfie le blanc, qui est ensuite placé dans une centrifugeuse pour dérouler les protéines dans leur état initial.

L’objectif n'est évidemment pas de "décuire"  des œufs. 

Mais être capable de manipuler des protéines en peu de temps, pourrait permettre d'accélérer le processus de fabrication, de certains médicaments utilisés pour traiter des cancers. 

 

Des applications industrielles, liées à la manipulation de bactéries ou de levures, dans la fabrication du fromage notamment, pourraient également en profiter.  


Article par Yannick.

 

(Source : 20minutes)

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Montijn33 (mardi, 04 août 2015 09:19)

    Au départ je dirai: "Bof !".
    A la réflexion, je n'ai pas assez de connaissance en chimie pour savoir tout le profit que l'on peut tirer d'une telle découverte. Il n'en reste pas moins vrai qu'inverser la solidification par cuisson de protéines est une belle performance.
    De plus, les anglo-saxons qui n'aiment pas les fromages fermentés de nos campagnes françaises (tant pis pour eux) se serviront certainement de ce procédé pour inventer un type de fromage bien à eux; je le sens bien. Pas vous ?