Et si un régime affamait les cellules du cancer ?

Bien entendu, lorsque l'on parle régime, chacun vient tenter d'apporter sa pierre à l'édifice, dont sont locataires nombre de diététiciens, nutritionnistes, médecins, mais également quelques charlatans, souvent peu scrupuleux, ne cherchant qu'à faire du profit, et proposant des méthodes douteuses, pour ne pas dire dangereuses.
Je me garderai bien d'émettre un avis sur le sujet... Par contre quand un régime a un côté "médico-scientifique" reconnu, qu'il a donc été élaboré, dans le but unique d'améliorer le quotidien de certains patients, la curiosité de tout amateur de sciences ne peut être que piquée.
De plus, quand un de ces régimes est remis au goût du jour, adapté, dans l'espoir de soigner des pathologies dont on dit qu'elles sont incurables, là, on ne peut qu'applaudir.
Je viens donc en ce jour vous présenter une extraordinaire découverte, qui pourrait bien remettre en question, les traitements utilisés jusqu'à présent en matière de cancer.

Le régime dont je viens vous parler, a été développé dans les années 1920, pour enrayer les effets anticonvulsivants, chez les enfants atteints d'épilepsie.
Il s'agit du régime "cétogène".
Les effets de cette "diète" étaient très encourageants, avant de laisser place à d'autres médications.
Toutefois, le régime "cétogène" gagna ensuite en popularité, quand des spécialistes de la perte de poids, ont découvert son extraordinaire tendance, à faire maigrir.
Il fut également prouvé, que le régime "cétogène" pouvait améliorer les symptômes du diabète de type 2, et, des maladies cardiovasculaires.

Mais qu'est-ce qu'un régime "cétogène" "ketogneic diet" chez nos amis anglais ?

Il repose principalement, sur la consommation importante d'aliments à haute teneur en gras, au détriment d'autres, contenant des glucides.
En effet, un régime "cétogène" se caractérise par l'absorption de 50 g de glucides au maximum (constituant tout au plus 5 % des calories consommées dans une journée), alors que généralement un régime alimentaire "normal", fournirait de 45 à 65 % des calories journalières, sous formes de glucides. Le reste étant réparti entre lipides et protéines.
Par contre dans le cas d'un régime "cétogène", les calories ingérées sous forme de lipides, passent allègrement la barre des 75 %, les protéines, quant à elles, constituant les derniers 20%.

Des recherches, ont établi de façon formelle, que nos ancêtres les plus lointains, qui étaient parvenus à vivre, entre le froid et la neige des grandes étendues Nordiques, où les denrées naturelles étaient quasiment inexistantes, avaient par nécessité adopté le régime "cétogène".
En l'absence totale d'apport de glucides (féculents, sucres, céréales etc) dans l'alimentation, le corps humain, réagit en effet, avec un étonnant mécanisme, qui consiste à utiliser les graisses corporelles et alimentaires, pour puiser, et, constituer son énergie.
Pour schématiser, on peut alors dire, que le "carburant" qui résulte de ce mécanisme, n'est alors plus du sucre, mais ce que l'on appelle des "corps cétoniques", d'où le nom de régime "cétogène". La substance dérivée de ces graisses, peut alors sans le moindre souci pour la santé, permettre à notre cerveau, nos muscles, et notre cœur de fonctionner parfaitement.

Venons-en après cette brève explication, à ce qui nous intéresse réellement aujourd'hui...

Le Professeur Ulrike Kämmerer du CHU de Wurtzbourg, est à l'origine d'une des premières études cliniques, sur l'alimentation chez les malades du cancer... On la considère d'ailleurs à juste titre, comme une des pionnières du régime "cétogène". Elle est en outre co-auteur du livre "le régime contre le cancer".
Elle explique avec d'autres spécialistes, des cancérologues et médecins de renom, que l'on a découvert, que les cellules cancéreuses sont friandes pour se développer, d'une drogue contenue naturellement dans le corps humain... Et que cette drogue est : le glucose !
Ainsi, telles de réelles toxicomanes en manque perpétuel, sont-elles continuellement à la recherche de leur "dose" de glucose.
Le Professeur Ulrike Kämmerer explique sur le sujet, je cite : "alors que les cellules saines peuvent également compter sur les acides gras pour fonctionner, les cellules cancéreuses elles, sont complètement maniaques : elles ne réclament que du glucose. Et leur voracité est terrifiante, puisqu'elles en ont besoin de 20 fois plus qu’une cellule saine !"
Ainsi, Ulrike Kämmerer et son petit groupe de chercheurs, se sont-ils posé le plus simplement du monde, la question de savoir ce qui pourrait se passer, si on supprimait ce besoin en glucose chez les cellules cancéreuses.
Eh bien après avoir sélectionné des aliments, riches en lipides et protéines, et, pauvres en glucides, les cellules cancéreuses seraient réduites à la famine !
L'équipe affirme, je cite : "une tumeur en pleine croissance, serait ainsi brutalement stoppée. Privée de nourriture, elle se mettrait à dépérir, rétrécir, puis disparaître."

Bien entendu, d'autres recherches doivent encore être menées sur le sujet, mais il semblerait que le régime "cétogène" ouvre une voie non-négligeable, vers un espoir de guérison de certains cancers.

En tout cas, d'autres chercheurs affirment avoir récolté, nombre de données, démontrant les bienfaits du régime "cétogène", sur des pathologies telles que :
- La sclérose en plaque
- La maladie de Parkinson
- Les tumeurs du cerveau
- L'autisme
Et même...
- La maladie d'Alzheimer !

Nota : pour entamer un régime "cétogène", il faut absolument se tourner vers un spécialiste de la discipline (ils sont hélas encore peu nombreux), pour établir une liste des aliments à privilégier, et, de ceux à éviter...
Rien ne doit en effet être laissé au hasard, afin d'éviter d'éventuelles carences.


Article par Dyonisos.
(Sources sante-nature-innovation.fr)

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    Castagnier (lundi, 27 juillet 2015 20:14)

    Oui ceci est biens possible .
    Merci Dyonisos !

  • #2

    Nicole Louette (lundi, 27 juillet 2015 20:34)

    Mais ceci ne nous dit pas quels sont les aliments à privilégiés et ceux a éviter.....

  • #3

    Montijn33 (lundi, 27 juillet 2015 20:57)

    Voilà qui ne manque pas d'intérêts. Evidemment qu'il faut un avis médical pour suivre un tel régime. Ce dernier, carencé en sucre, peut amener de graves conséquences sur le cerveau (entre autres) il est donc très important d'aller consulter avant de se lancer.

  • #4

    Dyonisos (samedi, 01 août 2015 17:45)

    J'ai appris de la bouche d'un ami médecin, qu'en fait le régime "cétogène", comme tout régime sérieux d'ailleurs, doit-être adapté pour chaque personne... Le régime de "Paul", peut ne pas convenir tout à fait à "Jacques"... Et il faut compter aussi, avec les allergies alimentaires des uns et des autres...
    Pas simple donc à mettre en œuvre... Mais prometteur à mon sens.
    Cordialement.