Mélanome et crème solaire !

 

Souvenez-vous de nos aînés, qui avaient pour habitude de vivre dehors la majorité du temps...

Tout était prétexte à "prendre le soleil" comme on disait à l'époque.

On ne parlait pourtant que rarement, des redoutables cancers de la peau que sont les "Mélanomes".

Dans cet article, nous allons tenter d'y voir plus clair dans les raisons de ce mystère, sur lequel se sont penchés des spécialistes, et autres dermatologues...

 

Tout d'abord, il est reconnu de manière incontestable, qu'une exposition au soleil dans les limites de la normalité, est extrêmement bénéfique à la santé humaine.

En effet, aucun autre moyen naturel, ne permet de produire une vitamine essentielle à notre corps : la fameuse vitamine D.

Nombre d'entre nous présentent pourtant des carences en vitamine D, et dans ce cas, la solution médicale proposée par les généralistes, est l'absorption de cette dernière, sous forme d'ampoules buvables.

Bien entendu, les compléments alimentaires, pris durant les périodes d'hiver, lorsque le soleil se fait plus rare, peuvent permettre de rééquilibrer un manque en vitamine D.

Ors, comme dit précédemment, tout être humain, peut "charger ses batteries", "faire le plein en vitamine D", grâce à une simple exposition au soleil !

Et ça, nos ancêtres l'avaient bien compris !

 

J'entends déjà certains "lézards des plages", contester mes propos, en me faisant remarquer, qu'ils manquent cruellement de vitamine D, alors qu'ils s'exposent de longues heures au soleil, en témoigne leur magnifique bronzage...

Certes, mais de quels artifices usent-ils ? Eh bien des crèmes solaires aux indices UV filtrants réconfortants, et autres écrans totaux.

Et je leur répondrais, que c'est justement de ces habitudes, que vient le problème !

Il est désormais prouvé, que l'augmentation massive des mélanomes, coïncide étrangement avec l'apparition des premières crèmes solaires dans les années 1970, date de leur invention.

De grands spécialistes ont même avancé que les crèmes solaires, seraient responsables de plus de morts, que de personnes pour qui elles ont été bénéfiques.

 

Parlons à présent du mécanisme de synthèse de la peau humaine.

 

La peau humaine synthétise à la perfection la vitamine D, via les rayons UV du soleil, ou plus exactement les rayons UV-B.

 

Ors, quel est le rôle des crèmes solaires ?

 

Eh bien justement d'empêcher que ces rayons ne parviennent jusqu'à notre peau, osons même dire que de nos jours, elles font carrément barrage.

 

Que se passait-il avant leur invention ?

 

Ceux de ma génération, se souviennent certainement des douloureux coups de soleil, avec lesquels nous revenions parfois des week-ends à la plage.

Bien entendu, ces derniers étaient dangereux, car ils étaient le résultat d'une trop longue exposition au soleil, et synonymes de brûlures.

Mais pour ma part, je me souviens également de la vigilance de mes parents et grands-parents, qui m'évitaient la plupart du temps, d'en arriver à de telles douloureuses extrémités.

Par contre, ce que nous appelions les "rougeurs", étaient déjà quasiment indolores après quelques minutes, c'était le moment où nous pestions, car nos parents décidaient de couvrir nos épaules avec des tee-shirts, qui nous ridiculisaient face à nos petites copines plus imprudentes, mais nous interdisaient toute nouvelle exposition.

 

Tout ceci pour dire, que ces rougeurs, sont le moyen simple et naturel pour notre peau, de nous alerter qu'il y a risque de "sur-exposition solaire".

Ce signal inné de notre peau, est placé au repos par les crèmes solaires, plus de rougeurs certes, mais plus de vitamine D non plus...

 

Sournoisement, notre peau devient peu à peu un terrain particulièrement fertile pour les mélanomes...

 

Mais le pire n'a pas encore été abordé !

En effet pour parfaire le bronzage, les crèmes solaires laissent passer d'autres rayons : les UV-A, et, de nouvelles recherches démontrent que ces derniers sont redoutables, et augmentent de manière significative les risques de mélanomes.

 

Sachez également, que depuis 2008, il est avéré, qu'une exposition modérée au soleil, sans crème solaire, contribuerait à des risques moindres sur plusieurs cancers, tels que celui du sein, de la prostate, du pancréas, ou encore des ovaires, pour ne citer qu'eux...

Enfin, les bienfaits de cette vitamine ne s'arrêtent pas là, car on lui reconnaît aussi des vertus anti-dépressives, elle contribuerait à réduire les infections et allergies, elle serait bonne pour le cerveau, (en particulier contre la maladie d'Alzheimer), permettrait de lutter contre le surpoids, protégerait des maladies cardio-vasculaires, et, associée à la vitamine K rendrait les os plus forts...

 

Autant de raisons pour les scientifiques, d'établir pour nous au plus vite, des tableaux d'exposition au soleil, selon nos morphologies, nos pathologies et nos besoins réels, car en attendant, il semble peu judicieux de se précipiter sur la première plage venue, afin de s'exposer au soleil, sans avoir pris connaissance au préalable des risques encourus...

 

Le mieux à mon humble avis, étant d'en parler avec son dermatologue...

 

Article par Dyonisos.

 

(Sources Santé et Nutrition, sites et articles divers sur internet)

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Gerard A (jeudi, 09 juin 2016 14:36)

    TRÈS
    INTÉRESSANT, dommage que peut d'individus en tiennent compte!!