Un non-lieu pour les œufs, dans le procès du cholestérol ?


En l'absence de preuves scientifiques, d'essais cliniques ou encore de tests en laboratoire, l'homme de tout temps à jamais s'est référé à ce que l'on pourrait qualifier de légendes familiales, du moins a-t-il cru mordicus à ce que ses aïeuls lui avaient transmis de père en fils, et ce, sur des générations et des générations...
Un élément de notre alimentation courante, n'a pas échappé à cette règle, et ce même, jusqu'à ce qu'une mauvaise réputation sur notre santé lui soit imputée...
Il s'agit de l’œuf...

Qui n'a jamais entendu parler, de cette fâcheuse tendance qu'auraient les œufs à augmenter de manière significative, notre taux de cholestérol ?
Eh bien de très sérieuses études, menées conjointement par d'éminents nutritionnistes, médecins, ou encore cardiologues de pays différents, viendraient en quelque sorte démolir ce mythe, pourtant bien ancré dans nos croyances.
L'étude menée par ces spécialistes, portait sur deux groupes de personnes, dont les unes mangeaient 3 œufs par jour et les autres une alimentation qui n'en comportait pas.
Ces volontaires, avaient ensuite fait l'objet d'un suivi médical, durant plusieurs mois.

Les résultats furent semble-t-il sans appel, car ils permirent de démontrer de façon formelle, que la consommation d’œufs, ne faisait pas "monter" le taux de cholestérol total (HDL+LDL) de notre organisme, comme on le prétendait jusqu'à aujourd'hui.
Tout au plus induirait-elle une infime hausse, très passagère cependant, et même, chose des plus étonnantes, dans certains cas, une légère baisse !
En accord avec des médecins et nutritionnistes de renom, il fut établi, que l'être humain pouvait en toute sécurité, manger 6 œufs par semaine.


En apprenant qu'un œuf moyen contient 186 mg de cholestérol, certaines personnes vont bondir, et pourtant, ceci représente 62 % de l'apport quotidien recommandé.
Car l'étude démontre que plus l'on va "manger de cholestérol", moins le corps va en produire.

Le Docteur Michel de Lorgeril, cardiologue et chercheur au CNRS et meilleur spécialiste français du cholestérol, mondialement reconnu a déclaré, je cite : "Le cholestérol est une molécule précieuse dans notre organisme, tellement précieuse que nous ne savons pas le détruire, seulement le transformer, par exemple en hormones stéroïdiennes ou en vitamine D, sachez que les hormones stéroïdiennes sont principalement les hormones sexuelles (testostérone, œstrogène, progestérone) et le cortisol. Sans cholestérol, nous ne pourrions donc pas vivre."
Le cholestérol est également présent, dans la structure des membranes cellulaires, et donc, essentiel à la fabrication des cellules.

Voici une explication simplifiée de la manière dont fonctionne le corps humain...
C'est en fait notre foie qui fabrique l'essentiel du cholestérol... On le savait pertinemment, mais on persistait dans les universités de médecine, sans autres explications valables, à prétendre auprès des étudiants, que si l'on "mangeait" du cholestérol, on augmentait le taux de celui présent dans notre système sanguin.
De ce fait, on conseillait ensuite aux patients, de limiter leur consommation d’œufs, que l'on pensait majoritairement responsables, de l'excès du taux de cholestérol dans le sang.

Le Docteur Michel de Lorgeril, racontait même avoir été ébahi lors d'un de ses voyages aux Etats-Unis, en constatant que les Américains, jetaient majoritairement le jaune de leurs œufs, pour ne consommer que le blanc.
Les récentes études dont on parle dans cet article, prouvent que le fait de "manger" du cholestérol, n'augmente en rien le taux de celui-ci dans notre organisme, mais que par un extraordinaire mécanisme, le foie est capable de détecter sa présence, et, se place donc en repos, pour cesser ou limiter sa propre production de cholestérol.
Ce qui fait dire avec certitude aux responsables des recherches menées, que le cholestérol alimentaire, ne vient pas s'ajouter à celui déjà présent dans l'organisme, et que, comme dit plus haut, s'il produit une légère hausse, elle est minime autant qu'éphémère.


De plus, il ressortirait à présent de façon formelle, que les personnes qui mangent des œufs de bonne qualité, (pondus par des poules nourries en aliments bio, et donc riches en oméga 3), verraient baisser leur taux de triglycérides, un des facteurs les plus importants, de risques cardiovasculaires.
Les spécialistes avouent aujourd'hui conjointement, que l'on ne peut plus établir un lien cohérent, entre la consommation d’œufs, et les risques de développer des maladies cardiaques. Mieux encore ! On aurait observé à l'inverse, une baisse du risque cardio-vasculaire, chez les "mangeurs" réguliers d’œufs !
Ces affirmations s'appuient rappelons-le, sur le suivi de centaines de milliers de personnes, et, ne peuvent de ce fait, pas être considérées autrement que hautement fiables.

Seule petite ombre au tableau, la consommation d’œufs chez les diabétiques, influerait sur leur glycémie. D'autres recherches devraient être menées pour ce cas particulier, mais sans s'avancer de trop, les médecins pensent que c'est l'association des œufs, et, de certaines substances présentes dans d'autres aliments, qui produiraient ce phénomène.

Pour terminer, des médecins du sport, seraient venus conforter les résultats, en soulignant que dans leur spécialité, il était, par exemple, établi depuis toujours, que les sportifs de haut niveau, dans les domaines des sports de combat, rugby, ou musculation, mangeaient beaucoup d’œufs pour améliorer leur force musculaire et leurs facultés de récupération, mais également que dans le cas de muscles endommagés, par une activité sportive trop intense, ces derniers absorbaient littéralement le cholestérol des aliments, facilitant ainsi de façon notable la régénération des cellules musculaires.

En conclusion, certains mythes ancrés dans nos mentalités depuis notre plus tendre enfance, pourraient bien être démolis par des études difficilement contestables.


Article par Dyonisos.
(sources Santé et nutrition, et, recherches sur divers sites scientifiques du net)





Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Montijn33 (vendredi, 26 juin 2015 15:52)

    Bonjour,
    J'approuve et en tant qu'abonné à la lettre de Santé Nature Innovation je vous livre la publication du 15 juin 2015.
    http://www.santenatureinnovation.com/neuf-raisons-de-manger-des-oeufs-la-3e-est-ma-preferee/
    L'oeuf est bien un des meilleurs alliments qui soit surtout quand il est de bonne qualité.
    Pour rappel, il y a sur les boîtes un repère:
    http://www.l214.com/marquage-etiquetage-oeuf
    Bonne lecture à tous.

  • #2

    Tuniselle (samedi, 27 juin 2015 04:31)

    Ouf! Tu me rassures! Je vais me faire une bonne omelette sans culpabiliser !!! ... à mon avis, seuls les aliments transformés peuvent être nocifs.

  • #3

    Fattoum (samedi, 01 août 2015 14:29)

    Merci mon ami Dyoni j'ai aimé ma lecture c'est enrichissant.