Le cochon transgénique, au service de la greffe humaine !

Il n'est plus à prouver, que bien des innovations médicales ou du domaine des sciences, ont fait l'objet d'expériences marginales, dans le secret de laboratoires, et ce, parfois au mépris de toute éthique. Certaines aboutissant à de piètres résultats, n'ont jamais été révélées, d'autres ont causé des décès sur des volontaires ayant accepté de les tester, les dernières enfin, reconnues comme intéressantes, scientifiquement parlant, ont reçu l'aval de la communauté scientifique.

Le 12 novembre 2015, la très sérieuse revue scientifique "Nature", publiait dans son numéro, un article que l'on pourrait qualifier de stupéfiant, affirmant que des généticiens, étaient parvenus à rendre possible la transplantation d'organe de cochon chez l'homme, sans que ne surviennent ensuite, les phénomènes de rejet de greffe.

 

Dans cet article, je vais tenter de rapporter les derniers résultats, relatifs aux expériences tentées à ce jour sur le sujet.

 

Tout d'abord, depuis des lustres, les généticiens recherchent l'animal dont le système immunitaire, se rapprocherait le plus de celui de l'homme, et souvent celui du porc, présentant de fortes similitudes avait été mis en avant.

Toutes les tentatives de greffes, furent vouées généralement à l'échec, tout au plus certaines ont-elles permis au patient "humain ou animal", de vivre quelques mois, voire un peu plus après l'intervention. (on assure que les hommes ayant reçu des organes de porc, étaient des volontaires, dont les pathologies gravissimes étaient incurables).

Le problème principal venait du fait, que le système immunitaire du porc, ne correspondait pas vraiment à celui de l'homme, d'où les soucis de rejets de greffe.

Eh bien des généticiens seraient parvenus, à modifier ce système immunitaire, en créant des cochons transgéniques, sur lesquels ils auraient implanté au niveau de leur ADN, des gènes humains !

 

Bien entendu, si certains généticiens et autres spécialistes en la matière, applaudissent des deux mains, les autres crient au scandale, surtout que l'on a appris suite à la publication de l'article de la revue "Nature", que non seulement le procédé serait "au point", mais qu'en plus, des interventions avaient été réalisées.

 

En Chine, il est dores et déjà autorisé de procéder à des greffes de cornée de porc sur l'homme.

Aux Etats-Unis, bien que ce ne soit ni vraiment interdit, ni officiellement autorisé, une étude réalisée par l'Hôpital Général de Boston, répertorie des dizaines de patients, ayant bénéficié de greffe de peau de porc, et affirme-t-on avec un total succès.

Les Etats-Unis, ne sont pas les seuls, à s'être engouffrés dans la voie de la transplantation de tissus, ou organes de porc transgénique sur l'homme, une énorme firme néo-zélandaise la "Living Cell Technologies", serait sur le point de faire valider dans nombre de pays, un système révolutionnaire d'implantation de "morceaux de pancréas de cochon", dans celui de patients diabétiques, afin de produire à nouveau de l'insuline.

Muhammed Mohiuddin, chirurgien et membre de l'Institut National du Cœur dans le Maryland (USA), estimerait être en mesure, de transplanter un cœur de porc transgénique sur des êtres humains, car ayant réussi cette prouesse sur un babouin, qui aurait sans le moindre problème de rejet, survécu presque 3 ans, et ne serait pas mort des suites de l'intervention.

Un autre chirurgien de l'Université de Pittsburgh (USA), affirme lui aussi avoir procédé à une greffe de reins de porc transgénique sur un babouin, qui aurait vécu, toujours sans connaître le moindre souci de rejet, durant 136 jours.

Je terminerais par citer les travaux du responsable du laboratoire de recherches de l'Université du Maryland (USA), Robin Pierson, qui œuvre sur d'éventuelles transplantations de poumons de porc transgénique sur des babouins. Cependant, il avoue se heurter à un problème de taille, car les poumons sont constitués d'une très fine trame de vaisseaux sanguins. Le sang des babouins se retrouvant en contact avec les protéines du porc transgénique, il se produirait une coagulation, qui conduirait pour l'instant de façon indubitable, les babouins greffés à la mort, quelques jours après la greffe.

Robin Pierson, reconnaît qu'il faudra certainement encore des années, pour envisager des essais sur l'être humain, mais pense que la voie vers la transplantation d'organe de porc sur l'homme, est désormais ouverte.

D'ailleurs, la firme américaine United Therapeutics, dans le Maryland a dores et déjà investi 100 millions de dollars, pour "fabriquer" des porcs génétiquement modifiés.

 

Enfin, des spécialistes en épidémiologie, plus alarmistes semble-t-ils, attirent l'attention sur le fait, que les cochons sont porteurs de nombreux virus et rétrovirus, et que ces derniers demeurant certainement présents dans les organes transplantés, il faudrait s'employer à les éradiquer en amont, afin qu'ils ne viennent pas ensuite "se réveiller", sur les patients greffés, et provoquer des troubles, ou pathologies, dont on ignore totalement la nature et les conséquences.

 

À titre personnel, connaissant les dérives liées à la génétique, je me garde bien d'émettre un avis sur cet épineux sujet, même si je reste admiratif face aux chercheurs, qui du bien ou du mal, restent tout de même des génies !

 

Article par Dyonisos.

 

(Sources Santé Nature Innovation, et recherches web)

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    Fattoum Abidi (jeudi, 21 janvier 2016 09:10)

    Merci mon Dyoni pour ces informations qui sont enrichissantes dans le cadre des recherches scientifiques à travers le monde. On se demande pourquoi on s'arrête souvent sur le porc comme un animal qu'on utilise dans les laboratoires pour faire des expériences ? Puisque il y a d'autres animaux comme le singe par exemple qui est proche à l’être humain dans sa génétique si je ne me trompe pas.
    Dans les greffes des organes la chance de la vie il me semblable limitée. Je souhaite que cette chance soit plus grande pour les patients. Pour qu’ils puissent vivre plus longtemps.
    Je salue les chercheurs scientifiques dans le monde qui font de leur mieux pour l'amélioration de la vie humaine. Les animaux modifiés génétiquement pour le profil de l'homme dans sa recherche scientifique et dans sa guérison, reste à voir le résultat. Il se peut que le corps de l'animal rejette cette modification qui est hors norme concernant son développement génétique et son .épanouissement psychique.
    Je partage
    Mes amitiés

  • #2

    Fattoum Abidi (jeudi, 21 janvier 2016 18:42)

    Je remets les commentaires de mes amis et ceux de moi en réponse de partage de cet article sur notre groupe

    Michele Merlin Bonjour Fattoum.
    Tu as raison ces pauvres aninmeaux servent la science pour notre améliorer notre santé,c'est triste à dire mais il faut se baser sur celui qui est le plus proche de l'homme.
    Pauvres singes je préfère les voir dans la forêt....Voir plus
    Je n’aime plus · Répondre · 1 · 9 h · Modifié
    Pierre-Gilles Léger
    Pierre-Gilles Léger La vie que l'on nous fait mener serait de meilleur qualité, peut-être qu'il se trouverait moins de problèmes de santé. Quand on regarde ce qu'on mange aujourd'hui, des aliments que l'on fait pousser de manière intensive, avec des produits plus que dout...Voir plus
    Je n’aime plus · Répondre · 1 · 7 h
    Fattoum Abidi
    Fattoum Abidi Oui ma Michele Merlin personnellement je suis pour le droit à la vie aux animaux dans la forêt comme tu le dis. Et je suis pour que les êtres humains mangent d'une façon saine et équilibrée. Ce qui nous permet de préserver notre bonne santé et celle de nos animaux et surtout de garder notre équilibre biologique belle soirée mon amie merci pour ton commentaire enrichissant émoticône smile émoticône heart
    J’aime · Répondre · 6 min
    Fattoum Abidi
    Fattoum Abidi Bonjour et merci mon ami Pierre-Gilles Léger pour ton commentaire enrichissant qui invite nos lecteurs et nos chercheurs du monde à y méditer et à chercher des bonnes solutions pour nos êtres vivants: les humaines, les animaux et les plantes et sans toucher à la vie d'eux belle soirée mon ami émoticône smile émoticône heart

  • #3

    zelectron (jeudi, 21 janvier 2016 20:17)

    JE PRÉFÈRE ÊTRE "TRANSGÉNISÉ" & ROBOTISÉ VOIRE EXOSQUELETTISÉ QUE MORT !

    tout ceci participant au transhumanisme bienvenu.

  • #4

    isacam (samedi, 23 janvier 2016 11:28)

    et bien si les animaux que nous mangeons allègrement peuvent aussi éviter le trafic d'organes cela me semble une bonne voie pour soigner les gens. Quant aux singes je trouve que ces animaux devraient être épargnés surtout pour les vouer à la mort, de plus nous sommes peu à les manger... et à les élever dans ce but. Mais la science a besoin du réel pour faire des essais et des améliorations.